Économiser l'eau

Éco-jardiner, c'est aussi économiser l'eau!  Avec les changements climatiques qui menacent notre planète et les périodes de sécheresse de plus en plus sévères, il est devenu primordial d’utiliser l’eau avec discernement. Tout geste pour économiser l’eau, aussi petit qu’il soit, peut avoir un impact. Voici donc quelques conseils et astuces pour réduire votre consommation  d’eau au jardin tout en assurant la croissance optimale de vos végétaux.


Les végétaux cultivés en pleine terre

1. Maximiser la rétention d’eau du sol

 Amendez votre sol une à deux fois par année en y ajoutant de la matière organique, sous forme de compost, de paillis végétal ou d’engrais vert.  La matière organique agit comme une éponge en retenant l’humidité dans le sol et en la libérant lentement au bénéfice des plantes.  Aussi, ne laissez pas le sol à nu.  En le couvrant de paillis ou de végétaux, le sol est protégé du soleil et du vent; il demeure donc frais et humide plus longtemps.  Avant d’appliquer le paillis, assurez-vous que le sol soit humide.

Pour en savoir plus: https://espacepourlavie.ca/les-amendements-organiques

2. Choisissez soigneusement l’emplacement de vos végétaux

 En choisissant un emplacement qui convient bien à vos végétaux, vous pourrez réduire au minimum la nécessité de les arroser.  Par exemple, il vaut mieux ne pas installer une plante gourmande en eau sous l’avancée d’un toit qui reçoit peu d’eau, ou à côté du pavé qui s’échauffe au soleil.  Mais souvenez-vous qu’avant d’être bien établis, les végétaux requièrent un arrosage plus fréquent.  Une fois la période d’établissement passée (environ une saison pour les plantes vivaces, une à deux pour les arbustes et deux à trois pour les arbres), s’ils sont plantés au bon endroit, les végétaux devraient pouvoir se passer d’arrosage en dehors des périodes de sécheresse.

Pour les coins secs, privilégiez les espèces tolérantes à la sécheresse.  Les plantes indigènes figurent parmi les meilleurs choix car elles sont plus résistantes aux agressions, incluant les longues périodes de sécheresse.

Voici quelques plantes qui peuvent bien survivre aux pires sécheresses: https://jardinierparesseux.com/2015/08/16/plantes-pour-les-coins-secs/

3. Créez des petites rigoles autour des végétaux

 Des petites rigoles façonnées autour des végétaux préviendront le ruissellement de l’eau et aideront à conserver l’eau au niveau des plantations.

4. Retirez les plantes indésirables (aussi appelées mauvaises herbres)

 Les plantes indésirables compétitionnent avec les végétaux cultivés pour l’accès à l’eau, aux nutriments, à l’espace et à la lumière.  Il est donc important de les retirer dès que possible.

 

5. Interventions à éviter pendant les périodes de sécheresse

 En période de sécheresse, évitez de tondre le gazon et de planter, transplanter, tailler et fertiliser vos végétaux, car ces interventions augmentent le besoin en eau des végétaux.

 

6. Arrosez efficacement et au bon moment

 

  • Évitez d’arroser inutilement en vérifiant d’abord le taux d’humidité dans le sol: enfoncez l’index à environ 2 cm puis arrosez seulement si le sol sous la surface vous paraît sec.

  • Arrosez moins souvent mais longuement pour que l’eau puisse pénétrer profondément (au moins 15 cm). Cela favorisera la croissance racinaire profonde et rendra les végétaux moins fragiles et sensibles à la sécheresse.

 

  • Regroupez vos végétaux en fonction de leurs besoins en eau. Ainsi, vous éviterez l’arrosage des plantes qui pourraient s’en passer et l’entretien n’en sera que plus facile.

 

  • Arrosez tôt le matin (de préférence avant 9 heures) lorsque l’air et le sol sont frais. En plein jour, lorsque la température est plus élevée, une grande partie de leau s’évapore avant que les végétaux puissent pleinement en profiter.  Évitez autant que possible d’arroser le soir car cela favorise un environnement humide propice au développement des maladies fongiques.

 

  • Pour éviter les pertes d’eau, arrosez en ciblant la base des végétaux, évitant dans la mesure du possible le feuillage. Privilégiez les systèmes d’irrigation qui libèrent l’eau au niveau du sol (systèmes goutte-à-goutte ou tuyaux suitants) ou des dispositifs qui fournissent l’eau directement aux racines https://logissol.ca .

 

  • Lorsque possible, arrosez avec de l’eau récupérée dans un baril de pluie. L’eau de pluie est non seulement excellente pour les plantes de jardin et d’intérieur, elle aide aussi à réduire sa consommation d’eau provenant des réseaux municipaux. L’eau de cuisson de vos légumes (non-salée) ou de vos oeufs durs est également une excellente source d’eau pour vos plantes.


Les végétaux cultivés en pot

Les végétaux cultivés en pot requièrent des arrosages plus fréquents que ceux cultivés en pleine terre et ce, en raison du milieu de croissance réduit qui sèche plus rapidement.  Il existe toutefois plusieurs trucs pour minimiser les besoins en arrosage:

 

  • D’abord, choisissez la matière du pot en fonction des exigences des plantes à cultiver. L’eau s’évapore plus rapidement dans les pots de matières poreuses comme la terre cuite;  ils conviennent donc mieux aux plantes peu gourmandes en eau.  Les pots de matières hermétiques, comme le plastique, retiennent l’eau plus longtemps et sont indiqués pour les plantes qui aiment un milieu humide.  Notez que le métal chauffe vite au soleil, ce qui peut avoir des conséquences néfastes pour les plantes.  Il est donc préférable de l’utiliser en tant que cache-pot.

 

  • Assurez-vous que le pot est de taille appropriée pour les végétaux cultivés, car les plantes à l’étroit manquent rapidement d’eau.

 

  • Opter pour des pots de couleur claire; ils absorbent moins la chaleur que ceux de couleur foncée. Ainsi le terreau reste humide plus longtemps.

 

  • Augmenter la capacité de rétention d’eau du terreau d’empotage en y ajoutant du compost, soit 2 parts de terreau pour 1 part de compost.

 

  • Préservez l’humidité en appliquant un paillis fin de 2 à 3 cm d’épaisseur sur la surface du terreau. Laissez environ 2 cm autour du collet de la plante pour permettre l’aération.  À chaque fois que vous voulez arroser, enfoncez le doigt sous le paillage; si l’humidité est encore présente, renoncez.

 

  • Placez les plantes déjà en pot dans des cache-pots, cela aidera à maintenir l’humidité du terreau.

La pelouse écologique

En été, la quantité d’eau utilisée augmente considérablement et une bonne partie de cette eau sert à l’arrosage des pelouses traditionnelles.  De plus, pour avoir belle allure, ce type de pelouse nécessite un entretien constant: tonte, coupe de bordure, aération, fertilisation et désherbage. Il existe toutefois de nombreuses alternatives au gazon qui peuvent vous épargner temps et travail, en plus de limiter votre consommation d’eau.  Vous ne désirez pas remplacer votre gazon ou réduire sa superficie?  Vous pouvez tout de même poser des gestes simples et efficaces pour rendre votre pelouse plus écologique:

 

  • Gardez la hauteur du gazon à 8 cm (3 po) et plus. Cela favorise un enracinement profond, garde l’humidité du sol plus longtemps et aide à capter la rosée du matin.  Notez toutefois qu’en période de sécheresse, le gazon jaunira et entrera en dormance.  Ne vous inquiétez pas!  Il reverdira après les précipitations.

 

  • Laissez les rognures au sol lors de la tonte. Elles participent à préserver l’humidité du sol et nourrissent le gazon de façon naturelle en se décomposant. 

 

  • Arroser de préférence tôt le matin ou sinon en soirée afin d’éviter l’évaporation de l’eau. Et, bien sûr, respectez la réglementation en vigueur.

 

  • Diversifiez les végétaux dans votre pelouse en y implantant des espèces rustiques et résistantes à la sécheresse. Différents mélanges d’écopelouse contenant par exemple du trèfle, du thym rampant, des graminées et des fleurs, sont maintenant disponibles dans le commerce.